· 

Et si on allait à Budapest pour les 24 ans de Jimmy?

Et si vous décidiez d’aller à Budapest pour fêter un anniversaire ? Nous, on vous explique notre histoire : nous étions au restaurant quand j’ai décidé de jouer à un petit jeu. J’ai fait 12 petits papiers avec 12 villes différentes en Europe. Je les ai posé sur la table et chacun tirait à son tour jusqu’à qu’il en reste 4. J’ai dis à Jimmy « Parmi les 4, celle que tu sélectionneras sera la destination pour ton anniversaire ». Ni d’une, ni de deux, il a tiré la carte sans même pouvoir la contempler. Quand j’ai discrètement vu la destination Budapest, j’étais tellement contente ! Des 12 c’était certainement celle qui me tentait le plus, et c’était gagné ! Ouf ! Il lui aura fallu quelques semaines d’indices pour comprendre où est-ce que je l’emmenai. Et il était ravi ! Heureusement pour moi il avait envie d’y aller depuis un bon moment.

Nous sommes partis le mercredi 08 février aux alentours de 10h00 depuis l’aéroport de Genève. Nous savions qu’il faisait froid, alors nous avons préparé nos gros pulls et nos grosses vestes. Ni lui, ni moi n’avions été aussi loin dans l’Europe de l’Est. C’était une sacrée nouveauté. Quand nous sommes arrivés il faisait tellement froid, on se croyait en Sibérie ! Le temps n’était pas au rendez-vous et nous ne comprenions pas la langue. Mais bon, on était contents. Une navette nous a amené jusqu’au centre-ville et nous pouvons vous le dire ; sur le chemin j’ai regretté.

En effet, l’ancienne Soviétique garde des marques de son histoire : la périphérie est à l’abandon, tout est rouillé, cassé, tagué. En plus que le temps était très gris, ça assombrissait le paysage. Je me suis dis que j’avais fait une grande erreur et que les 4 prochains jours allaient être ennuyants, pour être tout à fait honnête.

Quand nous sommes arrivés dans la capitale que je dirais sombre car les bâtiments sont tellement détruits par le charbon qu’ils en sont devenus noirs, nous avons découvert notre superbe hôtel. Nous avions posé nos affaires dans une humeur toujours autant perplexe et nous avions décidé d’aller manger. Malchance pour nous, nous sommes partis du mauvais côté de la ville. Quand nous nous baladions pour trouver un restaurant nous avons vu que des ruelles vides et calmes.

Et puis vint le moment où nous avions trouvé un bon restaurant hongrois. Nous avons pu déguster les spécialités du pays : alors ça c’était succulent ! Pour ma part, c’était de la goulache et pour Jimmy des spätzle et du poulet. Nous avons fini par rentrer à l’hôtel nous réchauffer un peu car le temps était vraiment glacial. Humeurs tristes, Jimmy a décidé de prendre les devants et nous avons quand même voulu parcourir la ville. Mais cette fois-ci, nous sommes allés du bon côté. Et là, la magie a fait son apparition. Nous avions vu toutes les lumières colorées, le Danube et les énormes monuments embellir la ville. Nous n’en croyions pas nos yeux : on avait tord ! C’est à ce moment-là que nous avions compris l’histoire de la ville, l’image qu’elle reflète. On était tellement émerveillés qu’on est resté bloqué pendant un long moment. Et là, j’ai soufflé. J’étais très rassurée quand j’ai vu les étoiles dans les yeux de Jimmy.

Les vacances ont pu commencer : nous nous sommes promenés jusqu’au Parlement, dans le centre de Budapest. Enfin bon, en moins de 4h on a du certainement marcher une 10ène de kilomètres. Arrivée dans la soirée, toujours propres à nous même, nous ne savions pas quoi et où manger. Nous sommes venus à Budapest manger… des sushis ! Alors nous sommes allés dans un très grand hôtel où d’ailleurs il y avait une soirée « de star ». C’était drôle, toutes les femmes étaient d’une grande classe, des robes à couper le souffle, une coiffure que je n’aurais jamais, et puis, il y avait moi. Bottes, jean, gros pull, grosse écharpe, bonnet à pompon, la touriste quoi. Cela dit, les sushis que nous avions mangés sont certainement les meilleurs sushis qu’on a pu goûter dans notre vie ! Un vrai délice !

Le lendemain matin était le jour d’anniversaire de Jimmy. Je lui avais préparé une journée de luxe : un petit déjeuner complet, une matinée de shopping dans un centre commercial à proximité, une après-midi détente entre bains privé, massage et spa et un dîner romantique sur le Danube. Alors ça, c’était vraiment une belle journée. J’étais vraiment fière de moi car je voyais qu’il était heureux et que son anniversaire était réussi. Toute cette journée était parfaite, romantique ; il était gâté !

Le lendemain matin nous avons décidé de monter jusqu’au Palais et au Bastion des pêcheurs. Il en a fallut monter des étages ! Mais cela a valut vraiment la peine. Quand nous sommes arrivés tout en haut, nous avions une vue spectaculaire sur tout Budapest. De plus, nous avions fait la rencontre d’un vautour nommé Igor. On ne le savait pas mais quand nous l’avions porté il était tellement lourd.

L’après midi était consacrée aux fameux bains réputés à Budapest : les thermes de Széchenyi. Nous avons pris le métro pour accéder à l’endroit, vu la ville sous un autre angle à nouveau. Nous sommes passés par le village Városliget, c’était une pure merveille. La sympathie des habitants font des touristes des personnes contents de leur voyage. Quand nous sommes arrivés aux bains, le hall d’entrée était magnifique. Le reste, à vous de juger. Les vestiaires étaient tous blancs, avec des grilles et des fenêtres. Les employés sont vêtus de blancs. On aurait dit une série d’horreur du style American Horror Story mais le thème était présent. Ces bains m’ont vraiment impressionné car on sent que cela a été rénové mais l’ancienneté du bâtiment fait tout de même surface. Cette expérience est à faire, c’est vraiment un incontournable.

Le dernier jour a été enfin une journée ensoleillée. La encore nous sommes montés jusqu’à la Statue de la Liberté de Budapest. Pour être honnête, réservez ce moment pour le bouquet final. Budapest est une ville qui a une réelle histoire tragique qui marque encore aujourd’hui. De toutes les villes que nous avions fait, c’est celle qui nous a le plus touché sur l’histoire de la Guerre. La Statue de la Liberté tient une plume dans ses mains : avec les nombreuses statues d’aigle, on comprend qui est la statue, et qui est la plume.

Nous avions eu un mauvais avis sur Budapest. En effet la ville a été marquée par l’histoire de la Guerre, et ça, ça a marqué nos cœurs. Faire Budapest pour un anniversaire ? Je dirais oui, faites-le si vous aimez la culture et l’histoire, car cette ville enrichit nos mentalités et nos perceptions un pays différent du nôtre.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Retrouvez-nous sur Instagram

En collaboration avec l'artiste HWN

 Contactez-nous par email